La construction des mots

Par Nathalie Chapleau, professeure à l'UQAM


Le mot est une unité de base du lexique qui se caractérise par sa capacité dénominative (p. ex. athlète, je, ami). Puisqu’un morphème est une unité minimale porteuse d’informations sémantiques, le mot peut correspondre à un morphème (p. ex. chat, livre; Brousseau et Nikiema, 2001). Parmi les mots, certains sont des mots construits (p. ex. athlétique, amical, enseignant). C’est-à-dire qu’ils peuvent être segmentés en morphèmes significatifs (Huot, 2012). Dans la langue française, il y aurait environ 80% des mots qui sont plurimorphémiques (Catach, 2008).


L’utilisation de préfixes, situés avant le mot de base (p. ex. dé + faire), et de suffixes, situés après le mot de base (p. ex. chant + able), correspond au processus de formation des mots construits. Ces ajouts peuvent modifier le sens comme « chantable » et « inchantable ». Ils peuvent également changer la catégorie syntaxique ou la classe de mots. En effet, le mot de base « double » qui est un nom ou un adjectif peut devenir un verbe « doubler » ou un adverbe « doublement ». Ces ajouts, soit le processus de dérivation, entrainent la production d’un mot nouveau à partir d’un mot existant en le modifiant (Lehman et Martin-Berthet, 2013). En fait, il conserve une relation de forme et de sens. Ce sont des mots qui appartiennent à la même « famille de mots ». Certains morphèmes génèrent plusieurs mots dérivés (p. ex. les préfixes : re-, dé, in- ou les suffixes : –able, -ion, -age, -aire). Donc, il est pertinent d’enseigner la signification de ces affixes.


Pour former certains mots construits, il est nécessaire d’avoir un joncteur à l’intérieur des mots construits (Huot, 2012). Ces éléments linguistiques permettent de joindre deux morphèmes (p. ex. numéro + t + er). Ils peuvent être de type phonétique puisqu’ils facilitent l’enchainement sonore entre les morphèmes. Ces unités sont présentes lorsque, entre la limite des morphèmes, il y a un son vocalique. D’autres régissent à des règles orthographiques (p. ex. bouton+n+age) ou morphologiques (p. ex. combat+if --> combat+iv+i+té).


Certains mots sont plutôt des mots composés (Huot, 2012). C’est-à-dire qu’ils comportent deux termes qui forment une unité lexicale nouvelle dont la signification est unique (p. ex. grille-pain, sèche-linge).


Peu importe le niveau scolaire, développer des connaissances associées à la construction des mots est une stratégie efficace pour découvrir leur signification. En intégrant des « capsules morpho » à votre enseignement, vous éveillerez vos élèves à une nouvelle stratégie et vous les mobiliserez dans l’appropriation de la langue pour mieux lire, écrire et comprendre.


Bonnes découvertes!



La construction des mots
.pdf
Download PDF • 456KB


24 vues0 commentaire

© CAP MORPHO, projet de recherche dirigé par Nathalie Chapleau, UQAM